En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales. Veuillez consulter nos Conditions Générales d'Utilisation.
Avocat Contacter l'auteur

CONDITIONS DE DELIVRANCE DE FORFAITS GRATUITS DANS LES STATIONS DE SKI

Le par Maître Stéphanie BAUDOT, EGIDE AVOCATS

Suite à la question d'un sénateur sur les règles applicables à la délivrance de forfaits gratuits dans les stations de ski, le ministère de l'Intérieur a précisé les conditions de délivrance des forfaits gratuits dans les stations de ski dans une réponse ministérielle du 6 septembre 2018.

Le ministère de l'Intérieur y rappelle que l'article L. 342-13 du code du tourisme qualifie les remontées mécaniques de service public à caractère industriel et commercial. Et, conformément aux articles L. 2224-1 et L. 2224-2 du code général des collectivités territoriales, les services publics industriels ou commerciaux "doivent être équilibrés en recettes et en dépenses". Ce qui implique que le service doit tirer ses ressources de redevances perçues auprès des seuls usagers.

Le ministère de l'Intérieur précise que les règles de bonne gestion du service public des remontées mécaniques impliquent que la gratuité ne soit accordée qu'aux professionnels intervenant sur le domaine skiable pour assurer l'exercice de leurs fonctions (entretien et fonctionnement des remontées mécaniques et des pistes, sécurité, secours, entraînement sportif dans un cadre militaire, etc.), ou pour des événements ponctuels de promotion ou d'animation de la station, contribuant à sa renommée.

Le ministère de l'Intérieur souligne enfin que la gratuité doit être décidée par l'autorité délégante par voie de délibération, et faire l'objet de conventions avec les organismes bénéficiaires pour circonscrire les conditions d'usage gratuit du domaine skiable.

 

Source : Legalnews 04/01/2019 ; La Gazette.fr, 27 novembre 2018, note de Gabriel Zignani, "Stations de ski : la délivrance de forfaits gratuits est-elle assujettie à des règles particulières ?"

L'auteur

Stéphanie BAUDOT

Avocat associé - Barreau de ALBERTVILLE - Barreau de EVRY/ESSONNE

DROIT CIVIL, DROIT DES CONTRATS, DROIT DE LA CONSTRUCTION, DROIT RURAL, DROIT DE LA COPROPRIETE, DROIT DE L'URBANISME, DROIT DU SPORT, DROIT IMMOBILIER


Spécialiste en :
  • Droit immobilier
EGIDE AVOCATS

75, rue de Paris, ORSAY 91400

Consultez également

Actualité juridique|02.01.2019
26 icon-view.svg

GARANTIE DECENNALE DES CONSTRUCTEURS EN MATIERE DE CONTRATS PUBLICS

Par Maître Stéphanie BAUDOT, EGIDE AVOCATS

Dans un arrêt du 9 novembre 2018, le Conseil d'Etat rappelle qu'il résulte des principes qui régissent la garantie décennale des constructeurs que les désordres apparus dans le délai d'épreuve de dix ans, de nature à compromettre la solidité de l'ouvrage ou à le rendre impropre à sa destination dans un délai prévisible, engagent la res

Actualité juridique|31.12.2018
4 icon-view.svg

PARIS 2024 : PARUTION DU DECRET SUR LE CONTENTIEUX DES OPERATIONS D'URBANISME, D'AMENAGEMENT ET DE MAITRISE FONCIERE

Par Maître Stéphanie BAUDOT, EGIDE AVOCATS

Le décret n° 2018-1249 du 26 décembre 2018, publié au Journal officiel du 28 décembre 2018, attribue à la cour administrative d'appel de Paris le contentieux des opérations d'urbanisme, d'aménagement et de maîtrise foncière afférentes aux jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Il donne compétence, à compter du 29 décembre 2018, à la Cour Administrative d'appel de Paris pour statuer en premier et

Actualité juridique|28.12.2018
5 icon-view.svg

LIMITE A L'ACTION DE BORNAGE

Par Maître Stéphanie BAUDOT, EGIDE AVOCATS

Dans un arrêt du 13 décembre 2018, la Cour de Cassation a rappelé que l'action en bornage ne peut être exercée lorsque des fonds sont séparés par une limite naturelle. En l'espèce, des propriétaires de parcelles cadastrées d'une même section ont assigné un voisin en bornage judiciaire. Dans un arrêt du 17 juillet 2017, la Cour d'Appel de Riom rejette leur deman

Actualité juridique|24.12.2018
4 icon-view.svg

LA RECEVABILITE DE L’ACTION EN RESPONSABILITE DELICTUELLE FORMEE PAR LE BAILLEUR CONTRE UN OCCUPANT AUQUEL IL N’EST PAS CONTRACTUELLEMENT LIE N’EST PAS SUBORDONNEE A LA MISE EN CAUSE DE SON COCONTRACTANT LOCATAIRE

Par Maître Stéphanie BAUDOT, EGIDE AVOCATS

La recevabilité de l’action en responsabilité délictuelle formée par le propriétaire d’un logement contre un occupant auquel il n’est pas contractuellement lié n’est pas subordonnée à la mise en cause de son cocontractant locataire. Une maison d'habitation est donnée à bail à une société, aux droits de laquelle sont venues successivement deux autres sociétés, qui l’ont mise à la disposition d'un de leurs salariés. Après la résiliation du bail, le bailleur assigna la s